1. Adjectif
  2. Autres
  3. Lexique
  4. Locution
  5. Nom propre
  6. Substantif et adjectif masculin
  7. Substantif féminin
  8. Substantif masculin
  9. Substantif masculin ou féminin
  10. Verbe
  1. Par ordre alphabétique
  2. Par noms d'auteurs
  3. Par thèmes
  4. Par ordre chronologique
Statistiques
  1. 3 315 membres inscrits
  2. 1 008 articles et documents
  3. 2 490 messages (forums)
  4. 27390 visites depuis 13/09/2017
Lexique » Substantif féminin » Foire de Lendit

Foire de Lendit
Contribution de Elisabeth Féghali

Autres


La foire du Lendit
Pontifical de Sens, France, XIVe siècle
Paris, BnF, département des Manuscrits, Latin 962, fol. 264

 

Au XIè siècle, la paix revient et les villes commencent à renaître (essor urbain 1070-1130) surtout grâce au commerce.

La monnaie, qui se frappe d'ailleurs dans la ville, (l'évêque possède lui aussi la frappe) se fait plus importante :

    • florin de Florence,
    • Ducat de Venise,
    • Gros d'argent de France.

Ces dernières favorisent les foires, ces endroits où les marchands se rencontraient à date fixe, la plus célèbre étant celle de Lendit (de l'ancien français l'endit, du latin indictum, "ce qui est fixé"), dans la plaine Saint-Denis près de Paris, et où l'on vendait en particulier le parchemin pour les universités et ce durant environ deux semaines, jusqu'à la Saint-Jean.

Créée par Dagobert, c'est l'une des plus célèbre. Elle débutait le 11 juin, jour de la saint Barnabé et donnait lieu à toutes sortes de réjouissances ou faits religieux marquants (comme la translation de reliques des saints de Notre-Dame de Paris à l'abbaye royale de Saint-Denis). Elle gagne en renomée avec l'édification de la basilique par l'abbé Surger au XIIè siècle.

Du latin feria, les foires sont des jours de fête pour la population.

Sous protection de l'Eglise, c'est l'évêque de Paris en personne qui en bénissant les marchands marque le débuts des transactions.  On y venait des quatre coins de France mais aussi de toute l'Europe et de Byzance (il y avait un banquier, pour tous ces gens venus de pays différents). Une foule de parisiens se retrouve là pour admirer les produits apportés par des marchands étrangers : bétail (de trait ou de somme), outils, draps, étoffes, cuirs, peaux. Mais également des choses exceptionnelles, rares et chères comme les fines étoffes : c'était la vente de parchemin et de vélin, produits rares importés d'Orient.

C'est le Recteur de l'Université de Paris qui y venait en grande cérémonie.

De nombreux débordements y furent constatés. Les étudiants parisiens, connus pour leur esprit turbulent mirent à mal la sécurité des lieux en créant souvent un grand désordre : déguisés, ils chantaient à tue tête dans les rues et se querellaient souvent dans les auberges. Ainsi entâchée (les rixes étaient souvent fatales) par ces tapages incessants Henri II, par un arrêt de novembre 1556, transféra la foire à l'intérieur de la ville dans les halles de l'abbaye.

Elle connut pourtant un essort florissant du IXè au XVIè siècle et favorisa le développement de la ville. La guerre de Cent ans porta un coup sévère à cette économie florissante.

De nos jours, c'est là que se tient le plus important marché d'Ile-de-France.

 

 


Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums