Numéro 1 - Mai 1999
Editorial
Editorial
par Elisabeth Féghali
Croyances & superstitions
Les fêtes de Carnaval & le Pétengueule
par Shimrod
Essai libre
La Chevauchée de Valéry
par Shimrod
Le Liban médiéval
La carte du Liban au XIIIe siècle
par François-Xavier Féghali
par Elisabeth Féghali
Le Mouvement Néo-Médiéval
Le Moyen Age de nos jours
par Shimrod
Croyances & superstitions
Autour des reliques et de leur commerce
par Elisabeth Féghali
La Danse macabre au cimetière des Saints-Innocents - 1424 - I
par Elisabeth Féghali
La Danse macabre au cimetière des Saints-Innocents - 1424 - II
par Elisabeth Féghali
Roman arthurien
L'art du portrait féminin chez Chrétien de Troyes - I
par Elisabeth Féghali
L'art du portrait féminin chez Chrétien de Troyes - II
par Elisabeth Féghali
La Chevauchée de Valéry

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Chevalerie/Joutes/chevaliers_contre_paysans.jpg



De façon plus prosaïque, ce texte en 80 Alexandrins raconte comment j'ai dû passer deux années consécutives les épreuves de Littérature Comparée «FR103», Unité de Valeur aussi passionnante que difficile, comptant pour l'obtention du DEUG de Lettres Modernes à la Sorbonne, de 1989/1990 à 1990/1991.

Les lignes 17 à 23 font référence à l'épreuve de juin 1990 et aux cinq auteurs illustrant le «Donjuanisme», thème de l'année vu à travers Byron (Angleterre), Tirso de Molina (Espagne), Lenau (Allemagne), Pouchkine (Russie) et Molière !

Les lignes 24 à 27 narrent ma déroute à la session de rattrapage en septembre 1990.

Les lignes 32-33 soulignent le changement de sujet pour l'année 1991 : «le Romantisme», illustré par Foscolo (Italie), Chateaubriand, Goethe (Allemagne, Les Souffrances du jeune Werther) et Wordsworth (Angleterre, avec l'interminable et rasant «Prélude»).

Les quatre Dragons gardant l'entrée du Château de Licence sont les quatre matières à étudier pour obtenir le diplôme...

Le combat acharné contre l'hydre pluricéphale Effer-Sang-Troye illustre l'Ephébie : épreuve destinée à tester la virilité du personnage principal en vue de sa qualification comme héros guerrier (cf. Tristan combattant le géant Morholt.).


1 Il y a longtemps de çà, un être terrifiant
  Répandait la terreur parmi les habitants
  Du PAYS DE SORBONNE : l'affronter en combat
  Faisait pâlir d'effroi plus d'un solide gars.
5 Son surnom ancestral était HEFFER SANG-TROY.
  Un nom aussi stupide, on ne savait pourquoi.
  Cette hydre aux cinq faces empêchait la sortie
  Du DEUGUE, labyrinthe aux douze portes d'acier
  Dont les traîtres méandres leurraient les prisonniers.
10 Pour apaiser HEFFER, pareil au Minotaure,
  Il fallait chaque année mille jeunes gens enfermer.
  Ils seraient bien nombreux à pleurer sur leur sort
  Tandis que les plus forts seraient récompensés.
  Sire Valéry, le nez au vent, vint à passer.
15 Aux condamnés il décida de se mêler.
  Pendant huit mois, il s'entraîna pour le combat.
  HEFFER survint un beau matin du mois de juin.
  Chacune de ses têtes portait un sobriquet :
  La grosse était BYRON, TIRSO la plus âgée.
20 LENAU et MOLIERE avaient l'air enragées
  Mais surprise ! c'est POUCHKINE qui frappa en premier.
  Plein de folle imprudence, Valy vint à l'attaque :
  POUCHKINE lui mit une claque pour sa vile impudence.
  Pendant deux mois complets, Valy pansa ses plaies
25 Mais ses espoirs déçus pesaient sur ses pensées.
  Avec fatalité, il affronta MOLIERE
  Qui sans difficulté lui fit mordre la terre.
  Le chevalier William et ses preux compagnons
  Quittèrent le labyrinthe pour d'autres horizons.
30 Mais nombreux étaient ceux qui restaient prisonniers,
 

Victimes d'HEFFER SANG-TROY pendant une autre année.

 
http://www.citadelle.org/mediatheque/Chevalerie/Joutes/Preparation_au_tournoi.jpg
Préparation au tournoi,
Bréviaire d'amour,
rédigé en Provence au XIIIe siècle.
 
 
  L'hydre pentacéphale, pour mieux les torturer,
  Prit de nouveaux visages aux noms causant l'effroi.
  Zabeth et Ariane, nobles et charmants minois,
35 Assurèrent Valéry qu'ensemble ils gagneraient.
  Ils taquinèrent la bête mais fuirent son courroux.
  Valy comprit enfin que, sans plan détaillé,
  La lutte avec HEFFER à l'échec était vouée.
  Grâce à PARSIEL, le maître d'armes, il apprit tout :
40 L'impasse dans le dos, le jet de poudre aux yeux ;
  Bref, l'étiquetage des tactiques de l'attaquant.
  Enfin, le mois de juin point : Valy vient en lice.
  Au bout du labyrinthe, HEFFER montre ses dents.
  Le héros sort du fourreau son épée SHEAFFER.
45 Il sait que, pour gagner, il n'aura que quatre heures
  Et, le temps écoulé, des reîtres à l'air sinistre
  Viendront lui arracher son arme comme des cuistres.
  La créature issue de l'esprit d'un dément
  Lance une de ses têtes nommées CHATEAUBRIAND
50 - Un commentaire trop composé nuirait au vif de l'exposé -
  La bête au nom fort long se voit vite raccourcie
  Et SHEAFFER, dans son sang, trouve de l'énergie.
  Or HEFFER, d'un revers, la fait chuter à terre.
  Il lui reste des gueules pour mordre l'imprudent
55 A présent désarmé. Depuis un an, elles jeûnent.
  Justement, une jaillit, avec des grognements
  - GOETHE ! GOETHE ! GOETHE ! - présageant des souffrances pour le jeune
  Valéry. Mais celui-ci s'en sort sans souci.
  GOETHE et CHATEAUBRIAND se rejoignent dans l'oubli.
60 Alors, tel un titan terrible et haletant,
  La brute tricéphale prend son dernier élan :
  Valy voit se dresser vers les cieux assombris
  Un chef interminable, pesant, disgracieux
  - WORDSWORTH ! monstre fatal à plus d'un étourdi !
65 Le héros cependant croit connaître son jeu :
  Il l'a bien étudié pendant toute une année.
  Horreur ! l'hydre vicieuse parvient à le feinter.
  Val est-il condamné à une autre défaite ?
  HEFFER trop affaibli ne frappe qu'à côté
70 Et Valy aussitôt lui agrippe la tête,
  Lui donne la migraine - juste retour des choses ! -
  Alors, lentement, HEFFER se métamorphose
  Et, sous l'oeil du Champion, devient un parchemin
  Sur lequel est écrit : « Quittez le labyrinthe
75 Du DEUGUE ! Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?
  Si chercher un trésor n'est pas sujet de crainte,
  Le Château de Licence vous est tout destiné :
  Quatre dragons furieux qui en gardent les berges
  Ne sauraient inquiéter d'Hercule l'héritier. »
80 Valy vit qu'il n'était pas sorti de l'auberge.


http://www.citadelle.org/mediatheque/Chevalerie/Chevaliers/Don_Rodrigue_de_Vivar_Cid.jpg
Don Rodrigue de Vivar, le Cid (1040-1099),
sa vie est la plus célèbre épopée
de la Reconquête espagnole.

Shimrod

Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums