Numéro 10 - Novembre 2004
Editorial
Editorial novembre 2004
par Elisabeth Féghali
Cinéma
Le Roi Arthur
par Shimrod
Le Mouvement Néo-Médiéval
Naissance du Mouvement médiéval - Suite
par Elisabeth Féghali
Hauts Personnages
Jacques de Bayon
par Olivier Petit
Histoire
Les relations entre Byzance et Venise au XIème siècle
par Candice Mendousse
Bandes Dessinées
Les Editions du Triomphe
par Elisabeth Féghali
Le Moyen Age à travers les Petits Formats
par Elisabeth Féghali
Critique de Roman historique
Gros caractères, K7, CD audio et MP3
par Elisabeth Féghali
Actualité DVD
Cadfaël, la série télévisée.
par Elisabeth Féghali
Le Nom de la Rose
par Shimrod
Le Moyen Age du DVD II
par Shimrod
Cadfaël en DVD - Volume 1
par Communiqué de Presse
Sciences & Techniques
Les années bissextiles
par François-Xavier Féghali
Cuisine médiévale
Brouet de cailles
par François-Xavier Féghali
Sabourot de poussins
par François-Xavier Féghali
Les années bissextiles

Les années bissextiles

 

 

C'est grâce à Jules César (100 - 44 avant JC) et son astronome grec, Sosigène d'Alexandrie, que nous devons la réforme du calendrier et l'introduction des années bissextiles : le calendrier julien est né  (« celui de Jules César »).

 

 

Le calendrier lunaire

 

En effet, le calendrier lunaire antique comportait 12 lunaisons (intervalle entre deux nouvelles lunes, soit un mois synodique) de 20 et 30 jours soit environ 354 jours. Au bout de quelques siècles, le décalage entre le calendrier « officiel » et la nature (11 jours pas an)  fit que les saisons ne correspondaient plus aux dates (l'équinoxe de printemps tombait en hiver ! voir focus).

 

Mais dans la Rome antique, le compte des jours était laissé à la discrétion des "Pontifiés" qui réglaient de manière discrétionnaire les problèmes tels que les échéances fiscales, les prises de fonction des magistrats, etc.

 

Conscient du problème Jules César demanda à l'astronome de remettre de l'ordre dans le calendrier.

 

 

Le calendrier julien

 

"César... réforma le calendrier que le collège des pontifes avait laissé se dégrader de façon si désordonnée, avec l'inclusion de jours et de mois selon leur bon plaisir, que les fêtes des moissons et des vendanges ne coïncidaient plus avec les saisons proprement dites"
Suétone (Calus Suetonius Tranquilus)
Historien latin, 96 av JC

 

Celui-ci, pour commencer, rajouta trois mois à l'année en cours, 46 av. JC (dénommée « année de la confusion » ou « du désordre » en raison de ses 445 jours !), afin de rétablir les choses. Ensuite il décida que les années suivantes seraient de 365 jours avec tous les quatre ans le doublement d’une journée. Jour qui tomberait le 6ème jour avant les calendes de mars, d’où le nom « d'année bissextile » (bis sextilis ante calendes martias) pour cette année de 366 jours.

 

Sachant que la terre tourne autour du soleil en 365 jours et un quart (estimation) :
366 jours = 365 jours + (4 * un quart de jours)

 

C'est ainsi que les années bissextiles comportent un 29 février, et le calendrier des mois de 30 et de 31 jours qui étaient alternés de façon régulière tout au long de l'année. Ceci jusqu'en l'an 8 où le sénat romain dû faire face à une jalousie et modifia cet ordre afin que le mois d'Auguste (août) eut autant de jours que celui de Jules César (juillet).

 

 

Le calendrier grégorien

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Sciences/calendier_juin.jpgTout serait réglé sans une erreur d’arrondi, en effet l’année tropique (celle qui sépare deux équinoxe) ne dure pas exactement 365,25 jours mais 365,2422 jours, soit 0,0078 jour de plus. Ce léger décalage entraînait un retard du calendrier sur le soleil de 3 jours tous les 400 ans.

 

"Il fallait empêcher cette erreur de s'accroître, car elle aurait fini par rejeter en plein hiver une fête (celle de Pâques), dont la célébration, d'après les décisions, ecclésiastiques, devait constamment suivre le 21 mars d'un nombre de jours variable, mais qui, dans les cas extrêmes, ne pouvait dépasser le 25 avril. Réformer le système d'intercalation julien était le seul moyen d'arriver au but.
Ce moyen, le cardinal Pierre d'Ailly le proposa, au concile de Constance et au pape Jean XXIII, dès l'année 1412
."
François Arago (1786-1853) in Astronomie Populaire

 

Ainsi l’équinoxe de printemps 1582 a eu lieu le 11 mars, alors que le concile de Nicée (20 mai 325, premier concile oecuménique de l'Histoire) l’avait fixé au 21 mars. Mais, depuis l'avènement de l'ère judéo-chrétienne en Occident, la date de l'équinoxe de printemps a toujours été un sujet de préoccupation majeur pour les papes. En effet depuis le Moyen Age, cette différence et les nécessités liturgiques entraînent des calculs compliqués, appelés "Comput ecclésiastique", qui prennent en compte prioritairement la fixation de la date de Pâques, selon l'algorithme suivant : "Pâques est le premier dimanche qui suit la 14ème nuit de la lunaison comput tombant le 21 mars ou immédiatement après". http://www.citadelle.org/mediatheque/Religion/Personnages/gregoire_XIII.jpg

 

Alors le pape Grégoire XIII (Ugo Boncompagni Bologne 1502 - Rome 1585 et Pape de 1572 à 1585) forma une commission ad hoc sous l’égide d’Aloysius Lilius (Aloigi Giglio), un médecin italien originaire de Calabre et féru d’astronomie, qui décida de rattraper le soleil une fois pour toute de façon brutale, et comme son prédécesseur Sosigène l’avait déjà fait, fait sauter le calendrier de Rome du jeudi 4 octobre 1582 au vendredi… 15 octobre 1582, ceux de France du dimanche 9 décembre au lundi 20 décembre 1582 etc.

 

"[...] comme l'équinoxe, fixé au 21 mars par les prélats qui composaient ce concile, avait anticipé sur cette date et arrivait le 11 mars, on décida de supprimer dix jours et d'appeler le lendemain du 4 octobre, jour de Saint-François, au lieu du 5, le 15 octobre." François Arago in Astronomie Populaire

 

Alors pour enfin bien se caler sur le soleil, il fut convenu qu’une seule année séculaire (se terminant par 00) sur quatre sera bissextile, en l’occurrence celles qui sont divisibles par 400. Le mois de février comptera donc 29 jours en 2400 ou 2800, mais seulement 28 en 2100, 2200 ou 2300. C'est la naissance du calendrier grégorien (« celui de Grégoire »), adoptée par une bulle spéciale : Pro data autem nobis a Domino auctoritate, envoyée par Grégoire XIII à l'empereur Rodolphe et à tous les princes de la chrétienté.
Transcription et traduction Rodolphe Audette

 

Les sonneries de cloches retentirent à travers l'Europe pour annoncer la nouvelle et les gens en furent très perturbés, des émeutes eurent même lieu à Francfort. L'autorité du pape s'étant affaiblie dans de nombreux pays. On notera pourtant que deux protestants célèbres, Tycho Brahé (1546-1601 né à Knudstrup, Danemark) et Johannes Kepler (1571-1630 à Regensburg), déclarèrent cette réforme irréprochable du point de vue scientifique.

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Sciences/calendier_14s.jpg
Atlas, Espagne, Majorque, XIVe siècle,
Cresques Abraham

 


De nos jours…

 

Ce calendrier grégorien sera adopté progressivement partout dans le monde : 1700-1775 par les pays protestants, 1752 en Grande Bretagne, 1873 au Japon, 1919 en Russie qui utilisait encore le calendrier julien, 1949 en Chine.

 

Mais tout n’est pas figé, car notre année dure d’après les calculs 365,2425 jours soit encore 0,0003 jour de trop par rapport au soleil, ce qui va nous amener à un nouveau retard de 3 jours dans 10000 ans !

 

François-Xavier Féghali

 

 

Crédits photos

 

- Bibliothèque de France (enluminure d'un calendrier du mois de juin).

 

- Atlas, Espagne, Majorque, XIVe siècle, Cresques Abraham

 

 

Références

 

Astronomie populaire, oeuvre posthume, livre IV
François Arago, Paris, L. Guérin : T. Morgand, 1867

 

Histoire de l'astronomie : depuis ses origines jusqu'à nos jours
Livre IV chapitre III, par Ferdinanc Heofer, Paris, Hachette 1873

 

Le système du monde : histoire des doctrines cosmologiques de Platon à Copernic
par Pierre Duhem, Paris : Hermann, 1913-1959 en 10 vol. ; gr. in-8

 

Les aventures du calendrier par Daniel Dumetz
http://www.amicale-genealogie.org/Histoire/Histoire_les-aventures-du-calendrier.htm

 

Le passage de l'an 2000 par l'informatique par Jean DONIO, Professeur à l'Université de Paris II
http://www.celog.fr/expertises/sommaires/96/articles200/DONIO.HTM

 

Le temps du Carême & le temps de Pâques par Gilles HAINRY, Université du Maine, I.U.T. Techniques de Commercialisation, 53000 LAVAL http://www.univ-lemans.fr/~hainry/articles/careme.html

 

Le Calendrier http://www.astrosurf.com/nezenlair/nel1/calendriers.htm

 

y a-t-il des années bissextiles ? Pourquoi par Emilie Martin dans Ciel & Espace n° 404, janvier 2004

Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums
L'equinoxe est l'une des deux intersections de l'écliptique (plan de l'orbite terrestre autour du Soleil) avec l'équateur céleste. L'équinoxe de printemps (ou point vernal) est le point où se trouve le Soleil aux environs du 21 mars ; au environs du 23 septembre, il se trouve à l'équinoxe d'automne. Lorsque le soleil traverse l'équateur et passe de l'hémisphère Sud à l'hémisphère Nord, c'est l'équinoxe de printemps (20 ou 21 mars), dans le sens inverse, c'est l'équinoxe d'automne (22 ou 23 septembre). A ces dates, il y a égalité du jour et de la nuit sur toute la Terre.