Numéro 11 - Octobre 2005
Editorial
Editorial
par Elisabeth Féghali
Linguistique
Vocabulaire utile de codicologie
par Elisabeth Féghali
Nicolas de Gonesse translateur
par Elisabeth Féghali
Valère Maxime translaté par Nicolas de Gonesse
par Elisabeth Féghali
Critique de Roman historique
Moyen Age aux Editions 10-18
par François-Xavier Féghali
Cinéma
Kingdom of Heaven de Ridley Scott
par Shimrod
Hauts Personnages
Saint Abbon
par François-Xavier Féghali
Linguistique
Férir
par Elisabeth Féghali
Devise
par Elisabeth Féghali
Champs sémantiques
La Folie au Moyen Age
par Elisabeth Féghali
Cuisine médiévale
Oyes a la trayson
par François-Xavier Féghali
Cuisson du riz
par François-Xavier Féghali
Vocabulaire utile de codicologie

Vocabulaire de Codicologie

 

 

 

Elisabeth Féghali

Mots Définition
Album (l', masc.)

Face antérieure du parchemin correspondant au côté chair. Il s'agit de la partie intérieure, c'est-à-dire la face plus lisse, la partie extérieure correspondant aux poils étant jaune et rugueuse.
Cette partie se prêtait mieux à l'écriture.

Apistographe (l', masc.) Se dit d'un rouleau de papyrus couvert d'écriture au verso comme au recto.
Apparat-critique (l', masc.)

Notes en général en bas des pages des éditions critiques qui :

  • d'une part indiquent les corrections apportées au manuscrit de base d'après les manuscrits de contrôle
  • et d'autre part, le varia lexco, les principales variantes du texte relevés dans les autres manuscrits.
Binion (le)

Cahier formé de 2 feuilles doubles, formant ainsi 4 feuillets, soit 8 pages.

Cadeaux ou cordelures Paragraphes à l'entrelacement compliqué et éxhubérant qui agrémentent certaines grandes initiales à partir du XVè siècle.

cahier (le)

Assemblage de feuillets pliés et cousus entre-eux composant un manuscrit.

Cahier de 7 (le)

Cahier formé de 7 feuilles doubles, formant ainsi 14 feuillets, soit 28 pages.
 

Cahier de 8 (le) Cahier formé de 8 feuilles doubles, formant ainsi 16 feuillets, soit 32 pages.
Capitale (la) Lettre de grand module mais dont les formes peuvent être mêlées à celles de la minuscule.
Codex (le)

Livre formé par la réunion de cahiers de parchemin ou de papier.

Coiffe (la)

Partie supérieure du dos d'un livre.

Partie unissant les plats, opposée à la tranche.

Colonne (la) Section qui correspond à une division verticale d'une page d'un manuscrit.

Colophon (un)

Données placées par le scribe à la fin d'un manuscrit et relatives à la transcription de l'ouvrage :

  • date de l'achèvement du travail
  • nom, âge, qualité du scribe, etc.
Contre-plat inférieur (le)

Intérieur du plat inférieur.

Contre-plat supérieur (le)

Intérieur du plat supérieur.

Cordelures (les, fém.)

voir cadeaux


 

Dos (le) Partie opposée à la tranche latérale et qui relie les plats supérieurs et inférieurs d'un livre.
Entrelacs (les, masc.)

Ornements dont les lignes s'entre-croisent et qui s'attachent à la haste ou à la hampe des lettres, principalement dans l'écriture des Chartes.

Entrenerf (l', masc.) Espace compris entre deux nerfs au dos d'un livre.
Euristiques ou Heuristiques (l', masc.)

Recherche de tous les manuscrits qui ont transmis une même oeuvre.

On regarde dans les catalogues des bibliothèques de toute le France.

Ex-libris (un)

Au Moyen Age, ce mot désigne exclusivement l'inscription apposée sur un livre pour en indiquer le propriétaire.

Inscription précédant le nom du proprétaire d'un manuscrit, figurant en général au contre-plat inférieur d'un livre ou aux pages de garde.

Explicit (l', masc.) Terme désignant les derniers mots du texte d'un manuscrit et que l'on reproduit dans la notice signalétique de ce dernier.
Filigrane (le)

Figure visible par transparence dans l'épaisseur de certains papiers.

Ornementation filiforme dont le réseau couvre le champ d'une lettrine.

Folioter

Numéroter un manuscrit feuillet par feuillet.
Format (le)

Dimension caractéristique de la page d'un ouvrage imprimé, définie par le nombre de feuillets obtenus en pliant (ou non) la feuille d'impression (voir définitions) :

  • in-folio
  • in-quarto
  • in-octavo
  • in-douze
  • in-seize
Grotesques (les, masc.)

Ornements composés d'arabesques et de figures fantastiques.

Motifs d'ornementation formés des arabesques ou reproduisant des figures bizarres, des fleurs, des feuilles ou des animaux fantastiques.

Hampe (une) Prolongement vers le bas d'un jambage d'une lettre.
Haste Prolongement vers le haut d'un jambage d'une lettre.
Heuristique (un) voir euristique
Incipit (l', masc.) Terme désignant les premiers mots du texte d'un manuscrit.

In-douze

Se dit du format d'un livre dont chaque feuille d'impression est pliée en 12 feuillets, donnant ainsi 24 pages.
In-folio Se dit du format d'un livre dont chaque feuille d'impression est pliée en 2 feuillets, donnant ainsi 4 pages.
In-octavo

Se dit du format d'un livre dont chaque feuille d'impression est pliée en 8 feuillets, donnant ainsi 16 pages.

In-quarto Se dit du format d'un livre dont chaque feuille d'impression est pliée en 4 feuillets, donnant ainsi 8 pages.
In-seize
Se dit du format d'un livre dont chaque feuille d'impression est pliée en 16 feuillets, donnant ainsi 32 pages.
Justification (la)

Longueur d'un eligne de texte imprimé comprise entre les marges.

Longueur et largeur de ce qui est écrit.

Lettre (la)

Feuille d'or sur fond bleu avec antennes rouges.

Lettre d'attente (la)
Se dit d'une lettre de petit module que le scribe inscrit à l'emplacement d'une initiale de grandes dimensions que tracera le rubricateur ou l'enlumineur.
Lettre historiée (une) Sur 1 ou 2 lignes quandil y a un sujet.
Lettre ornée (une) Sur 4 ou 5 lignes, rinceaux, entrelacs et prolongements d'antennes, de queues ou de baguettes.
Lettrine (la)

Grande lettre, ornée ou non, placée au début d'un chapitre ou d'un manuscrit enluminé.

Liteau (le)

Cadre en bois quadrillé sur lequel on fait sécher la pâte à papier.

Majuscule (la)

Lettre de grand module servant à composer des titres ou se plaçant à la tête d'un mot dont les autres lettres sont de modume pmus petit.

Manuscrit (un)

Ouvrage écrit (copié) à la main.

Manuscrit acéphale (un)

Manuscrit dont il manque le véritable incipit.

Monion (le)

Cahier formé d'une feuille double, formant ainsi 2 feuillets, soit 4 pages.

Nerf (un)

Cordelette qui sert à relier les fils assemblant les cahiers d'un livre.
(cf. l'entrenerf)

Onglet (l', masc.)

Bandelette de papier ou de toile reliée aux cahiers d'un livre et destinée à insérer un hors-texte ou un feuillet isolé.

Paléographie (la)

Science des écritures anciennes.

Palimpseste (un)

Manuscrit dont on a effacé la première écriture pour pouvoir écrire un nouveau texte.

papier (le)

Matière faite de chiffons ou de fibres végétales réduite en pâte, qu'on étend et qu'on sèche sur le liteau pour former une feuille mince destinée à supporter l'écriture.

Parchemin (un)

Peau d'animal préparée spécialement pour recevoir l'écriture.

Peinture en bandeaux (la)

Peinture qui s'étend sur toute la largeur de la page.

Peinture par compartiments (la)

Peinture qui s'étend sur toute la largeur d'une colonne.

Plat (le)

Chacun des deux côtés de la couverture d'un livre :

  • le plat supérieur et
  • le plat inférieur

de la couverture sont réunis par le dos .

Plat inférieur (un)

Reliure d'un livre, partie inférieure de la couverture d'un livre.

Plat supérieur (un)

Reliure d'un livre, partie supérieure de la couverture d'un livre.

Au Moyen Age, elle n'était jamais en carton mais en peau de lapin ou autre, recouverte de ais de bois.

Pliure (une)

Action ou manière de plier les feuilles d'un livre (voir définitions) :

  • in-folio
  • in-quarto
  • in-octavo
  • in-douze
  • in-seize
Pontuseau (un)

Les pontuseaux sont des traces claires verticales que laissent sur la papier la verge de métal traversant les vergures.

Quaternion (le)

Cahier formé de 4 feuilles doubles, formant ainsi 8 feuillets, soit 16 pages.

Quinion (le)

Cahier formé de 5 feuilles doubles, formant ainsi 10 feuillets, soit 20 pages.

Ramicel (un)

"Petite branche."
(cf. rinceau)

Réclame (la)

Mot placé au-dessous du dernier mot d'une page ou d'une feuille et qui est le premier mot de la page ou de la feuille suivante.

Mot qui consiste à répéter à la fin d'un cahier les premiers mots du cahier suivant ou bien à numéroter les cahiers.

Réglure (la)

Opération qui consiste à régler du parchemin à la pointe sèche ou à la mine de plomb.

Reliure (une)

Couverture d'un ouvrage relié.

Rinceau (le)

Ornement en forme de branchage qui décore les lettrines, les marges et les baguettes marginales d'un manuscrit.
(cf. ramicel)

Baguette avec des grotesques, des animaux ou jongleurs (écureils, paysans avec hottes, petites scènes amusantes) enn haut des pages.

Rogner

Couper les bords de l'ensemble des feuillets d'un livre pour en ajuster le contour.

Rubrique (une)

Titres, tout ce qui est écrit à l'encre rouge (rubis) dans un manuscrit. Indique la légende à la peinture en rouge puis fut écrite en vert.

Servion (un)

Cahier formé de 6 feuilles doubles, formant ainsi 12 feuillets, soit 24 pages.

Sexternus


 

Signature (la)

Signe apposé sur la première feuille de chacun des cahiers d'un livre pour en indiquer l'emplacement (souvent une lettre de l'alphabet).

Tranche (la)

Chacun  des trois côtés rognés d'un livre.

Surface unie que présente l'épaisseur de l'ensemble des feuillets d'un livre du côté où on les a rognés.

Tranche lattérale (la)

Un  des trois côtés rognés d'un livre.

Surface unie que présente l'épaisseur lattérale de l'ensemble des feuillets rognés d'un livre.

Tranche inférieure (la)

Un  des trois côtés rognés d'un livre.

Surface unie que présente l'épaisseur inférieure de l'ensemble des feuillets rognés d'un livre.

Tranche supérieure (la)

Un  des trois côtés rognés d'un livre.

Surface unie que présente l'épaisseur supérieure de l'ensemble des feuillets rognés d'un livre.

Trinion (le)

Cahier formé de 3 feuilles doubles, formant ainsi 6 feuillets, soit 12 pages.

Vélin (le)

Parchemin extrêmement fin que l'on fabrique avec la peau d'un veau mort-né.
Le blanc étant également réservé aux ouvrages de luxe, il n'était pas plongé dans un bainde chaux auquel étaient soumises les autres peaux.

Nom qui vient de l'ancien français veil, "veau". Sa principale qualité est de ne pas "boire" l'encre ou la peinture et d'en mieux conserver les coloris originaux. C'est sans doute pour cette raison que les plus belles enluminures furent réalisées sur vélin.

Vergeure (la)

Les vergeures sont des marques que laissent les fils de cuivre de la forme dans le papier et qui se croisent avec les pontuseaux. Comme les tiges horizontales laissaient des traces dans le papier, on l'appelait papier vergé.

Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums