Numéro 12 - Février 2006
Editorial
Editorial
par Elisabeth Féghali
Croyances & superstitions
Le Cycle des douze jours
par Elisabeth Féghali
Littérature comparée
Etude comparée des oeuvres de J.R.R. Tolkien et C.S. Lewis - Partie I
par Shimrod
Etude comparée des oeuvres de J.R.R. Tolkien et C.S. Lewis - Partie II
par Shimrod
Etats latins d'Orient
La Prise d'Antioche 1/3
par Maxime GOEPP
par Benjamin Saintamon
Linguistique
Introduction à la lexicométrie
par Christian Féghali
Droit médiéval
La lettre de rémission
par Jean-Pierre PHELOUZAT
La terre, la société et le droit
par Jean-Pierre PHELOUZAT
Economie
L'or blanc du Saulnois
par Olivier Petit
Empire Byzantin
La chute de l'Empire byzantin
par Paul Matagne
Croyances & superstitions
L'Ars Moriendi
par Aimeric Vacher
Architecture religieuse
Le Nefin des croisés au Liban (Anf-el-Hajar)
par Elisabeth Féghali
Notre-Dame-des-Vents (Saydet-er-Rih)
par Elisabeth Féghali
Le Nefin des croisés au Liban (Anf-el-Hajar)

Le Nefin des croisés au Liban 
                                       (Anf el Hajar)

et sa chapelle Notre-Dame-des-Vents
 
                                         (Saïdet-er-Rih)

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Geographie/Liban/Saidet_er_Rih/Saidet_Er_Rihb.jpg
Notre-Dame des Vents
image pieuse

 

I - La baronie de Nefin
        A - Un château réputé

        La cité côtière de Nefin (actuellement Enfé qui vient de Anf-el-Hajar et signifie "le nez de pierre qui pointe vers la mer") se situe entre la cité de Triple [Tripoli] et le Botron [Batroun].  Le château, dont la réputation n'était plus à démontrer et qui avait été érigé sur une langue de terre rocheuse défendait la ville :

 

 

[...] "Il avint que le seignor de Giblet ala esforceement et prist par force de la terre de son frere se que il en post aver dont le prinse fu mout courouse et le fist semondre par court si que le seignor de Giblet ala a Acre et parla au maistre dou Temple qui li dona .xxx. freres quil mena o luy a Giblet et adons guerroia le prince en aparant et ly fist plusors damages en sa terre dont le prinse fist abatre la maisson dou Temple de Triple et le bois dou Temple quy a nom Moncucu; et quant le maistre dou Temple lentendy si arma guallees et autres vausiaus et ala a Giblet et mena o luy .i. grant covent de freres et vint de Giblet a Triple et lasega pluzors jours dont ne fu nul quy nisist contre luy ni a chevau ni a pie ains garderent les murs de la ville dont le maistre et sa gent partirent et retornerent a Giblet et en lor chemin fist le maistre abatre .i. grant maner quy estoit a Boutron que lon lapelet le Chastiau et alerent les Templiers aseger Nefin un chastiau dou prinse sur mer mout fort; et avint chose que .i. jour .xii. freres et .i. chevalier seculier qui ot nom Pol de la Teffaha senbatirent a cors de chevaus dedens Nefin par my la porte mais les sergans furent sur la porte en haut et valerent la porte close et furent ensi pris ja soit se que dedens le chastiau meismes il ne se vostrent rendre que a fiance sauve lor vies dont il furent pris et mis en prison et puis furent mandes a Triple; le prince les tint en sa prison dedens sa court."
(Guillame de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, Chronique du Templier §392)

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Articles/Enfe/Enfe_cote_300.jpg
Nefin (Enfé ou Anf el Hajar)
Emplacement du château dans le fossé croisé creusé
d'une rive à l'autre de ce "nez de pierre qui pointe vers la mer"
Cliché Elisabeth Féghali

 

 

[...] "Et ores vous diray coment seste dame Lucie de Puille quant le prince morut la novelle ala outremer et messire Marguo de Toucy amirail dou roy Charle manda seste dame quy estoit sa espouze et seur dou prince a Acre et la manda recomander a lospitau de Saint Johan dont les Ospitalliers la prirent a maintenir et la menerent a .i. chastiau quy a nom Nefin quy est pres de Triple a .iii. liues."
(Guillame de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum,
Chronique du Templier
§468)

 

 

        B - Nefin et les Renoart

        D'une importance non négligeable à l'époque des Croisades, la baronie de Nefin permit aux seigneurs de se réfugier dans le port (comme le fit Frédéric II) comme de s'enfuir sur lisle de Chypre au XIIIè siècle. Elle appartenait à une famille provençale venue en Terre Sainte aux côtés de Raymond de Saint Gilles lors de la première croisade :

 

 

"En ce point que la guerre dantioche et de Ermenie estoit il avint en la terre de Triple une chose tel come vos orrez. Renoart qui estoit seignor de Nefin esposa Ysabel la fille dun riche home qui avoit nom Astefort et avoit este seignor de Gybelacar dont ele estoit dreit heir. Li princes Beymont en fu moult corroce de que il estoit enbatuz et mis en son droit car il lavoit esposee sanz son conge cele qui tenoit de lui et qui homage et servise li devoit; et que sanz ce avoient il rancune. Li princes le fist semondre par les us de la contee; il ne vost venir a droit. Li princes le fist juger a sa cort. Droit li dist que il se pooit reconoistre en tout ce que il troveroit dou suen. Il le fit des choses ou il ot pooir."
(Guillame de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum,
Li trenteuniesmes livres
, chp. III)

 

 

"Et lors asseja le chastel et le destrainst si que il li rendirent et Gybelacar ausi por lor seignor Renoart de Nefin delivrer de prison qui lors sen ala en Chypre ou il morut."
(Guillame de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum,
Li trenteuniesmes livres
, chp. IV)

 

        C - La présence d'un fameux cachot

        On note progressivement la présence d'un cachot dans lequel périrent tant de croisés au nombre desquels on compte le seigneur de Giblet et une partie de sa famille :

 

 

[...] "lor covint venir par force et le seignor de Giblet et ses .ii. freres et lor couzin Guillaume de Giblet et Andrey de Clapiere le prince les manda a Nefin et les fist metre en une foce et masouner et clore les dedens et morurent de fain."
(Guillame de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum,
Chronique du Templier
§410)

 

 

II - La chapelle Notre-Dame-de-Vents
        A - Situation géographique

        A quelques pas de l'eau, en contrebas d'un promontoire du haut duquel on peut admirer la côte libanaise, Notre-Dame des Vents battue par les vents marins et salins ne cesse de disparaître sous un manteau de sable.

 

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Articles/Enfe/ND_Vents_vue_generale_s.jpg
Notre-Dame-des-Vents (Saydet-er-Rih)
L'entrée de l'église fait très exactement
face au palmier.

Cliché Elisabeth Féghali

        Il faut connaître son existence pour arriver à découvrir cette ravissante petite chapelle, littéralement perdue au beau milieu d'un cimetière marin, celui de Nefin des croisés. Grâce à la ferveur intacte des libanais, elle est toujours pieusement vénérée et fleurie. Mais quelle étrange contraste que de pénétrer en plein milieu du mois d'août, période durant laquelle Marie est encore plus fêtée, dans ce lieu saint et d'entendre en contrebas le rire des enfants qui s'ébattent dans l'eau ou de croiser des jeunes se rendant à la plage serviette sous le bras.

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Articles/Enfe/ND_Vents_plan_s.jpg
Plan de Notre-Dame-des-Vents
relevé de M.L. Brossé extrait de
ENLART Camille,
Les Monuments des Croisés
dans le Royaume de Jérusalem,
Architecture religieuse et civile
, Paris 1926-28
(page 313)


        B - Piégée sous un manteau de sable
 

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Articles/Enfe/ND_Vents_autel_s.jpg
Notre-Dame-des-Vents (Saydet-er-Rih)
Intérieur de la chapelle : un autel de fortune permet de s'y recueillir.

Cliché Elisabeth Féghali

 

        Il y a fort à parier que le sol actuel n'est nullement celui d'origine (on touche pratiquement les voutes). On se trouve donc dans ce qui semble une chapelle mais qui pourrait tout aussi bien être un édifice beaucoup plus imposant comme pourrait le laisser supposer la photo suivante !

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Articles/Enfe/ND_Vents_ext_s.jpg
Notre-Dame-des-Vents (Saydet-er-Rih)
Extérieur, façade Nord. Cette photo tendrait à prouver
la présence d'une absidiole
Cliché Elisabeth Féghali

 

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Articles/Enfe/ND_Vents_croix_s.jpg
Notre-Dame-des-Vents (Saydet-er-Rih)
Détail intérieur.

Cliché Elisabeth Féghali

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Articles/Enfe/ND_Vents_entree_s.jpg 
Notre-Dame-des-Vents (Saydet-er-Rih)
L'entrée (située à l'ouest) de l'église vue de la nef.

Cliché Elisabeth Féghali

 

Des tonnes de sables ont fini par combler l'intérieur, sans toutefois l'ensevelir encore totalement.

 

        C - La fresque pour le moins intrigante

        L'air salin a détruit la presque totalité des peintures qui ornaient les murs. Ainsi, il vous sera sûrement très difficile de distinguer au centre de cette photo le dos d'une main gauche. Les historiens voient un chevalier monté sur son cheval (que l'on distingue encore il est vrai), sans doute "Saint Georges" qui selon la légende, délivra la fille du roi de Beyrouth des griffes d'un terrible dragon.

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Geographie/Liban/Saidet_er_Rih/Saidet_er_Rih_Detail_Main_003b.jpg
Notre-Dame-des-Vents (Saydet-er-Rih)
Paroi sud de la nef orientale peinture d'où émerge une main.
Cliché Elisabeth Féghali

 

        Je vous propose dans la seconde partie de découvrir un peu plus cette fresque...

 

Elisabeth Féghali


BIBLIOGRAPHIE

ENLART Camille, Les Monuments des Croisés dans le Royaume de Jérusalem, Architecture religieuse et civile, Paris 1926-28

NORDIGUIAN Levon et VOISIN Jean-Claude, Châteaux et Eglises du Moyen Age au Liban, Editions Terre du Liban, Beyrouth, 1999.

 

Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums