Numéro 15 - Janvier 2008
Li Cris le Herault
Editorial
par Elisabeth Féghali
Croyances & superstitions
De l'usage des animaux
par François-Xavier Féghali
Etats latins d'Orient
La Prise d'Antioche 3/3
par Maxime GOEPP
par Benjamin Saintamon
Critique de Roman historique
Un Yankee à la Cour du Roi Arthur
par Shimrod
Linguistique
Traire, trayre, treire, trere, verbe
par François-Xavier Féghali
Architecture religieuse
Reconstitution de la Chapelle de Planès
par François-Xavier Féghali
Critique de Roman historique
Sorties Romans Historiques
par François-Xavier Féghali
Cuisine médiévale
Recette du grave d'écrevisses
par François-Xavier Féghali
Recette du grave d'alouettes
par François-Xavier Féghali
Jeux & divertissements
The Guild 2
par François-Xavier Féghali
Traire, trayre, treire, trere, verbe

Traire, trayre, treire, trere, verbe.
 
- Act., tirer en général :
 
Trait ses chevels e debat sa peitrine.
(Alexis, str. 87°, XIe s., Stengel.)
 
Et de tanz os cum l'om trait de la plaie, al os tuteveies .IIII. den.
(Lois de Guillaume, X, § 1, Schmid, die Gesetze der Angelsachsen, p. 330.)
 
U est vostre espee qui Halteclere ad num ?
D'or est li helz e de cristal li punz.
Ne la poi traire, Oliviers li respunt,
Car de ferir oi jo si grant bosuign.
(Rol., 1363, Müller.)
 
Trait l'olifan, fieblement le sunat.
(Ib., 2104.)
 
Sur ses oilz treist san chaperun
Cum hom ki deit passer busson.
(Wace, Rou, 3° p., 2029, Andresen.)
 
Devant lui garde, s'a en l'eve coisi
Une crois noire qui contremont en vint
Tot ensement com se on le trasist.
(Les Loh., ms. Berne 113, f° 2e.)
 
Fors en traistes vos amis maintenant.
(Raimb., Ogier, 11663, Barrois.)
 
Dou chevage traissimes la première querelle.
(J. Bod., les Saisnes, XLI, Michel.)
 
Et traient fors les armes, que de soper fu tans.
(In., ib., CXVII, var.)
 
Jo te trais de la u tu guardas les berbiz.
(Rois, p. 143, Ler. de Linçy.)
 
De meis aveirs pren, tant en aies
Que de cest grant peril me traies.
(Ben., D. de Norm., II, 16650, Michel.)
 
Es autres tormenz sunt nos peres,
Mere, sorus, parenz et freres,
Attendans sunt a nos bienfeiz
Tant ke d'iluec les ait Deus treiz.
(Marie, Purg. de S. Patrice, 1449, Roq.)
 
Espoir, se ele le seust,
Et son cuer de riens coneust,
S'ele daignast et bien vausist,
La dolour dou cuer li traisist.
(Amald, et Yd., Richel. 375, f° 315e ; Hippeau, 311.)
 
Ses cauces lace, l'auberc vest,
Et en son cief son elme trest.
(Ren. de Beaujeu, le beau Desconeu, 263, Hippeau.)
 
Quel mestier aus tu de circoncision, ki pechiet ne fesis ne d'altrui nel trassis en ti ?
(S. Bern., Serm., 81, 7, Foerster.)
 
Panniz fut assi Adam de veriteit lai ou il fut hontous de lei a regehir, et qu'il trast avant vaines covertures por lui a escuser.
(In., ib.,.174, 1.)
 
Si en traisistes vos amis
Que dyable i avoient mis.
(Violette, 5312, Michel.)
 
L'empereris vit ce qu'elle ne treroit parole de lui.
(Sept sages de Rome, p. 10, Ler. de Lincy.)
 
Maintenant a l'espee treite,
Si va ferir e[n] mi le tas.
(Hist, de Guill. le maréchal, 912, P. Meyer.)
 
De la teste me tresent maint chevel.
(Dit d'avent., Richel. 837, f° 343b.)
 
Et saillent sus et traient les espees des fuerres, et se fierent granz cous parmi les hiaumes et sour les escuz.
(Menestrel de Reims, § 101, Wailly.)
 
A la charue dez boefs vous treez plus tost qe a la charue dez chivalx.
(Tr. d'econom. rur., ch. XII, Lacour.)
 
Devant veuz chat ne treez ja festu,
(Prov. de Fraunce, ap. Leroux de Lincy, Prov., II 475.)
 
Jehennes de Doua, li goudaliers, .LX. Ib. pour .I. coutiel qu'il traist sour .I. home.
(Avril 1281, Reg. de la loy, 1280-1281, f° 9 r°, Arch. Tournai.)
 
Quiconques traira coustel ou espee.
(1323, Franch. de Montmirey, Arch. Doubs, Nouv. Ch. des Compt. M 308, Terrier de Montmirey de 1461.)
 
Tel lui fait honneur et belle chiere par devant, qui lui trait la langue par derrière.
(Liv. du chev. de La Tour, ch. CXVIII, Bibl. elz.)
 
Que il ne soit viniers ne viniere ne autres qui meche ne ne sueffre a traire sen vin ne maintenir par homme qui ne soit del tout a le loy de le ville justiçaules.
(1343-1458, Reg. de la vinnerie drapperie, f° 3 r°, Arch. Tournai.)
 
- Lancer :
 
Va, si m'aporte tes saetes que jo ci trarrai.
(Rois, p. 81, Ler. de Lincy.)
 
Et de pennes de ses elles on en fait grans ars et fors pour traire saiettes.
(Mandeville, ms. Modène, f° 70 r°.)
 
Traihent de grans quareiles.
(J. d'Outrem., Myreur des hist., V, 71, Chron. belg.)
 
- Traîner :
 
Des or cumencet li plaiz e les noveles
De Guenelun, qui traisun ad faite ;
Li emperere devant sci l'ad fait traire.
(Rol., 3747, Müller.)
 
Tel fais amaine de cauch et de moilon
Ne le traissent quatre destrier gascon.
(Raimb., Ogier, 10556, Barrois.)
 
Une veale del arment que ne trahist jug.
(Bible, Deuteron., ch. XXI, Richel. 1, ap. Roq., Veale.)
 
Et doit li dis Colars traire cascun an les fiens sour les tieres, partout u li plus grans besoins sera...
(Sept. 1208, C'est Gillion Mouton et Colart Gambon, chirog., Arch. Tournai.)
 
A maistre Bertran Lampot, fevre,... [pour] avoir fait les harnois et les clefs servans a fremer et traire lesdis grans canons de le porte Maruis.
(17 mai-16 août 1427, Compte d'ouvrages, 4e Somme des mises, ib.)
 
- Entraîner :
 
Vos me tresistes vers vos .III. foiz.
(Sept sages de Rome, p. 73, Ler. de Lincy.)
 
Petit a boire et a mangier
Lor fist douner, et, par dangier,
Tous les castiaus et les cites
Saissi, les bors et fermetes,
Et tous les princes a soi trest
Pour l'avoir grant dont il les pest.
(Ph. Mousk., Chron., 20165, Reiff.)
 
Li chevaliers plein de malice
L'enfant qui esteit geune et nice
Trest loing de gent a une part.
(J. Le Marchant, Mir. de N.-D., ms. Chartres, f° 8d ; Duplessis, p. 34.)
 
Que puis la trairoit a putage,
A mauvaistié ne a bontage.
(Athis, ms. S.-Pétersbourg 54, f° 2e )
 
Lieu tant plaisant que vous devez sçavoir
Que sa beaulté trait les gens a le veoir.
(J. Marot, Poème inéd., p. 123, Guiffrey.)
 
- Entraîner avec soi, posséder :
 
La jagonce, granas de Sarde, nule vertu ne trait en li fors tant qu'ele tout l'iror de l'onicle.
(Descript. lapid., ms. Berne 113, f° 169d.)
 
- Produire :
 
Hom trast en tesmoignage .I. clerc...
(1248, Jugem. et plaids de l'Echevin. deReims, Liv. rouge de l'èchevinage, p. 21, Arch. mun. Reims.)
 
Sans autre prueve faire ou traire.
(1333, S.-Barthélémy de Novon, Nampcel, Arch. Oise II 4, § 7.)
 
- Endurer :
 
Et moult d'anois li covient traire.
(S. Brandan, Ars. 3516, f° 102.)
 
Ne puet il veoir cez douleurs
Que fins amanz trait nuit et jour.
(Gaut. d'Abbas, Eracle, 3847, Loseth.)
 
Miols volsist estre en le forest
U tante paine et tant mal trest.
(Parton., 743, Crapelet.)
 
Ismeine male vie meine,
Suspire e plure e trait grant peine.
(Huon de Rotelande, Ipomedon, 8731, Kolbing et Koschwitz.)
 
Lors dit : Grant boine aventure ait
Cil qui si grant travail a trait.
(Chev. as .II. esp., 2229, Foerster.)
 
N'encor n'est pas si grans mes hardemens,
Que je li os dire les mals que trais
Ne devant li n'en os parler ne sai.
(Conon de Beth., Chans., XI, 27, Brakelman.)
 
Trestot devis, coment je li dirai
La grant dolor que j'en trais sens anui.
(Id., ib., XI, 33.)
 
Or trais por li poine et travail et ire.
(Blond. de Nesle, Chans., XII, 10, Brakelman.)
 
Dex est le verai pelican,
Qui por nos trest peine et aban.
(Guillaume, le Best. divin, 555, Hippeau.)
 
Moult ai anuit maie nuit traite.
(Atre per., Richel. 2168, f° 10d ; Herrig, 1467.)
 
Et fu forment palis, que trot ot tret de mal
De faim et de juner el palais principal.
(Gui de Bourg., 2211, A. P.)
 
Amis, por vos ai traite mainte dure semaine.
(Audifrois li Bastars, Bartsch, Rom. et past., I, 57, 92.)
 
Quant il si grant peine traissit por nos.
(Serm., XIIIe s., ms. Poit. 124, f° 20 r°.)
 
Li rois les fist prendre et coper
Les coulles et les ious crever,
Et s'ot la destre main trencie
Gascuns d'aus, pour traire hascie.
(Ph. Mousk., Chron., 18170, Reiff.)
 
Et dis que chen que j'ai tien, apres moi, sera,
Qui ains mal n'en traisis ne rien cousté ne t'a.
(Doon de Maience, 11366, A. P.)
 
Dame, si vous vient a gré,
Alegiez les maus que trai
Et ai fait et tous dis ferai.
(Jeh. Lescurel, Chans., Ball, et Rond., XXVI, Bibl. elz. )
 
- Livrer :
 
A   Huy l'ont aminncit, et   Huyois (pour   miez plaire)
L'ont rechuit a evesque, et se li voront traire
Le chasteal   com   evesque :   che fut mal exemplaire.
(Jeh. des Preis, Geste de Liège, 38256, Chron. belg.)
 
- Transposer, traduire :
 
Pur ceo comencai a penser
D'alkune bone estoire faire
E de latin en romanz traire.
(Marie, Lais, Prologue, 28, Warnke.)
 
Et Herbers, ki le romans fist,
De latin en romanz le trest.
(Dolop., 1846, Bibl. elz.)
 
Vez ci lou psaultier dou latin trait et translateit en romans.
(Psaut. de Metz, p. 1, Bonnardot.)
 
- Tracer :
 
Bien traire et former les antiques et romaines lettres.
(Rab., Garg., ch. XXIII, éd. 1542.).
 
- Traire à chef, terminer :      
 
Ausquelz mes executeurs, je donne pour leur peine et travail qu'ilz avront de ma dicte execucion traire a chief...,
(13 sept. 1495, Test. de Guertrad le Coq, Arch. Tournai.)
 
- Citer en justice :
 
S'il avenoit que nous vosissiens traire en cause l'abeit et le couvent en queilcunques court que ce fust de ces choses devant dites.
(Fév. 1258, La Val Roy, Arch. Ardennes II 265.)
 
A toutes okisons par quoi l'église de Cambron porroit estre en aucun tans trahite en plait ou travillie ou damagie.
(1269, Cartul. de Cambron, p. 378, Chron. belg.)
 
Cilz qui sieroient trais en cause.
 (Hemricourt, Patr. de la temporalité, ap. Polain, Hist. de Liège, II, 396.)
 
Et se mi dit executteur estoient pour cause de cest men testament semons, molesté, ou trait en cause...
(12 nov. 1361, Testament Caron Despleux, chirog., Arch. Tournai.)
 
- Traire a chevaux, écarteler :
 
Si te prometz que, s'ilz en meurent, toutes les forteresses de Bretaigne ne te preserveront point de mort, car si tost que le roy Perceforest en sera adverty il ne cessera jamais tant qu'il te aura faict traire a chevaulx.
(Perceforest, vol. III, ch. XLI, éd. 1528.)
 
- Neut., se retirer :
 
Tant feri avant e ariere,
Tant lor acointa sa maniere,
E tant bota e tant sacha
Que a force al rei esracha
La testier[e] de son cheval
O tot le frein, e traist aval.
(Hist. De Guill. le Maréchal, 4883, P. Meyer.)
 
Car al temps que je dis et dont je vuilhe retraire
Astoit multipliie la citeit secretaire
Si grandement dehors les murs, par saint Hilaire,
Que .X. fois en y ot qui dedens ne puist traire,
Che n'astoit pais fermeit.
(J. des Preis, Geste de Liège, 29628, Chron. belg.)
 
Elle trahit a part.
(Hemricourt, Miroir des nobles de Hasbaye, p. 188, éd. 1673.)
 
- Aller, s'acheminer :
 
Promettons d'aydier, soutenir et conseilhier li uns l'autre... et traire et estre li uns avoek l'autre toutes fies que requis en serat.
(1326, Chartes S. Lamb., n° 582, Arch. Liège.)
 
Pour lequel choze li eskievin furent au lieu et oirent les raisons de l'une partie et de l'autre, et sour çou li eskievin traisent ensanle et disent as parties, ke s'il se pooient boinnement acorder, k'il s'acordassent, u se çou non, il feroient loy.
(27 nov. 1327, C'est Bauduin des Chans, le taintenier de waide, S.-Brice, Arch. Tournai.)
 
Contre cheaux qui vouroient grever les pays de Liege, ceux qui plus prochains seront du lieu, debvront traire vers les ennemis et conforter et reseoire les pays.
(1398, Ed., ap. Louvrex, Edits et règlem. pour le pays de Liège, I, 185, éd. 1750.) .
 
Atant les sengnat li evesque et les fist traire .I. pau avant.
(J. d'Outrem., Myreur des hist., V, 83, Chron. belg.)
 
- S'appliquer :
 
Encuntre saint église ad esté lungement,
Mes des ore trera a son delivrement.
(Garnier, Vie S. Thom., Richal. 13513, f° 47 Ve ; Hippeau, p. 100)
 
- Arriver :
 
Mes .I. chose esgart an mon cuer et destin,
Par coi de nostre guerre trarrons ançois a fin.
(J. Bod., les Saisnes, CXVIII, Michel.)
 
Quant froidure trait a fin
Contre la seison d'esté.
(Chans., ms. Montp. H 196, f° 254 re.)
 
Li jors tret a declin, si fu tost trespasses.
(Gui de Bourg., 4091, A. P.)
 
Li hiraut, pour ce qu'il volaient
Dou seingneur avoir le bienfait,
Estoient ja a l'ostel trait.
(Couci, 2052, Crapelet.)
 
- En référer :
 
Quant li quens Garins de Biaucare vit qu'il ne poroit Aucassin son fil retraire des amors Nicolete, il traist au visconte de le vile qui ses non estoit. (Auc. et Nic., 4, 1, Suchier.)
 
- Terme de mineurs liégeois, traire aux eaux, pomper :
 
Voir même quand il se roit besoin de traire aux eaux et tenir icelles a quelque burre, fosse et ouvrage de bouillerie.
(1625. Louvrex, Ed. et règlent, pour le pays de Liège, II, 227, éd. 1750.)
 
- Tirer du liquide, soutirer :
Et ke li cambier de goudale et de chiervoise ne traient a autre mesure, ke a celi ki kierkie leur est enseignie par eskievins.
(XIIIe siècle, Petit reg. de cuir noir, f° 5 V°, Arch. Tournai.)
 
Jehans ses garchons [banit], a .I. an, pour chou qu'il traioit en .I. celier de .II. paire de vins.
(25 oct. 1314, Reg. de la loy, 1313-1325)
 
Et vous (illisible) assavoir que le serement fait, se aucun est convaincus de maisement traire...
(1343, Reg. de la vinnerie, draperie, f° 144 r°, ib.)
 
- Tirer'à l'arc, à l'arbalète, tirer le canon :
 
Li paisant lor sunt devant saillis,
Traient et lancent, en ont assez ocis.
(Garin le Loh., 2e chan., XII, p. 230, P. Paris.)
 
Espessement traioient li archier.
(Raimb., Ogier, 5368, Barrois.)
 
A traire d'arcs e a lancier
Les trenchanz gavelos d'acier.
(Ben., D. de Norm., I, 437, Michel.)
 
Et commanda a ses chevaliers que il le menessent es chans et le liessent a une estaiche et traillissent a lui de soietes tranchans.
(Vie saint Sebastien, Richel.   988, f° 44c.)
 
Arc avoit fort et bon, dont toute jour trahoit.
(Doon de Maience, 1950, A. P.)
 
Sy avoit chevaliers qui trayoient, par esbat encontre leurs chapperons.
(Liv. du chev. de La Tour, ch. LXXIII, Bibl. elz.)
 
Statuons et ordinons que qui oncques trairat dedains le citteit, dedains maisons apres autruy...
(1424, ap. Louvrex, Ed. et règlem. pour le pays de Liège, I, 39, éd. 1750.)
 
Le cambre du canon servant a traire au grant bersseil, appartenant a la ville...
(21 fév. 1460-23 mai -1461, Compte d'ouvrages, 4e Somme de mises, Arch. Tournai.)
 
Les Gandois qui estoient devant Audenarde trayoient contre la ville de leur artillerie a pouldre.
(O. de La Marche, Mém., l.I, ch. XXIV ; II, 232, Soc. Hist. de Fr.)
 
- Porter, en parlant de l'arme :
 
Feront les maine plus qu'uns ars ne trassist.
(Les Loh., ms. Berne 113. f° 24c.)
 
Plus lonc que no trairoit uns ars
S'est eslongies.
(Violette, 1897, Michel.)
 
Trestot devant les autres plus que ars ne trasit.
(Floov., 1854, A. P.)
 
- Traire aux avirons, tirer sur les avirons, ramer :
 
Cureient as nefs erraument,
Les veiles dresçoent al vent
E traeient as avirons.
(Ben., D. de Norm., I, 603, Michel.)
 
- Ressembler:
 
Granz est e forz e trait as anceisurs.
(Rol., 3177, Müller.)
 
Voit le Gerars, toz li mua li front,
K'il (Aymeri) traioit a la geste.
(Gerard de Viane, p. 166, ap. Bekker.)
 
Aymeri, nies, cueur de baron,
Bien traiez a la geste.
(Ib., p. 167.)
 
- S'en prendre, s'adresser :
 
Or est a savoir que se Jakemes de Gaureng, li goudaliers, demandoit, sour l'yretage celui Phelippron de Warenghien, .XV. s. de tournois de rente par an, cil Phelippres poroit traire a l'yretage Cholart, le maceclier ki siet d'autre part le rue pour sen aquitance de ces .XV. s. de tournois de rente par an et en doit li yretages celui Cholart le maceclier aquiter tout quite l'yretage Phelippron devant dit a tous jours yretaulement.
(Oct. 1287, C'est Phelippron de Warenghien, chirog., S.-Brice, Arch. Tournai.)
 
Et puet Thumas au Poe, a qui cius hiretages Jakemon d'Esplecin doit rente, ausi bien traire a le ditte logette pour se rente, comme il feroit a le maison ne a l'iretage Jakemon d'Esplecin, car c'est tout d'un membre.
(Oct. 1297, C'est Thumas au Poc, chirog., ib.)
 
Sacent tout cil ki cest escrit veront et oront, comme il fust ensi que li hoir Willaume Noteriel debatissent les aises et çou ki est edefyet en une masiere en le rue de Corde d'une maison ki fu leur pere, lesquels aises et çou ki i est edefyet apiertienent a le maison Marien Faukeniele, li hoir Willaume hoteriel traisent as eskievins pour les dites aises oster... (Déc. 1299, C'est Mariien Faukeniele, chirog., S.-Brice, ib.)
 
S'il estoit troveit en deffaute de payer les dittes sommes de bleis... nous poriemmes traire... a tous les biens qu'il at pris de nous.
(1315, Charles de S. Lamb., n°476, Arch. Liège.)
 
Li dis Joh. puet et doit traire al hiretage devant dit.
(1316, Charles S. Lamb., n°519, Arch. Liège.)
 
- Fig., traire à, tourner à :
 
Nus amasmes Willeame, nostre bon avoé,
E sun fils amissium, s'il traisist a bunté.
(Wace, Rou, 2e p., 2628, Andreseu.)
 
- Traire à la mort, et absol. traire, agoniser :
 
Et quant il vit qu'il commençoit a trere, et qu'il estoit ja près de mort, il beneit l’ame de luy.
(Grand. Cron. de France, Charlem., VI, 3, P. Paris.)
 
Et coment il avoit laissié Rollant sur la montaigne, de les le perron, ou il trayait a la mort.
(Ib., VI, 4.)
 
Qui tres fort larmoioit en regardant son oncle trayant a la mort.
(Girart de Ross., ms. Beaune, p. 333, Montille.)
 
- Réfl., se retirer :
 
Dist l'uns al altre ; Ça vus traiez, amis !
Decels de France les corns avuns oit ;
Carles repairet, li reis poesteifs.
(Rol., 2131, Müller.)
 
Bone chançon pleroit vos a oir ?
Or faites pes, si vos traiez vers mi.
(Mon. Guillaume, Riche). 368, f° 259 r.)
 
Traes vous, fait Morlins, en sus.
 (Brut, 8349, Ler. de Lincy.)
 
Puis nos trarrom cele partie
U sucors aurom e aie
Vers Rous le pruz e le vaillant.
(Ben., D.de Norm., II, 5807, Michel.)
 
Desor le cors se trest arriere.
(Floire et Blanceflore, 2e vers., 2056, E. du Méril.)
 
Quer ge voldreie volentiers
Vers le chastel Rad. mei traire,
Kar ge cuit el pais tant faire
Que li reis de France por veir
Me sivra a tot son poeir.
(Hist. de Guill. le Maréchal, 7858, P. Meyer.)
 
Cleomades lors s'avisa
Que viers le chastel se trera.
(Cleom., ap. Bartsch, Chrest., col. 345, 3e éd.)
 
Que quand li .VII. homme qui rewardent les traymes font leur office de ycelles rewarder, que drappier et tout autre se traichent .XL. pies en sus d'iceuls.
(15 oct. 1341, Reg. des métiers, n° 4231bb, f° 30 V°, Arch. Tournai.)
 
Et croy que toutes gens d'armes se trayront apres vers Troyes.
(1417, Itinér. de Phil. le Hardi et de Jean Sans Peur, p. 610, Doc. inèd.)
 
Et vint fraper sur eux en eulx commandant, de par le roy, qu'ilz se traisissent et que on feroit justice au seigneur de Lilladam.
(P. de Fenin, Mém., an 1426, Soc. Hist. de Fr.)
 
- Sortir, partir, en parlant de choses morales :
 
As baisers qu'il firent d'amors
Del cuer se traient les dolors.
(Ren. de Beaujeu, le beau Desconneu, 4714,   Hippeau.)
 
- Se diriger :
 
Garde toi ! tu ies al essai ;
Si com tu vieus, bien ou mal fai ;
Tu avras chou ke tu dessers,
Tu vois dous kemins aovers :
Cha paradis, la est infers
Au quel te tu vieus si te trai !
(Rencl. de Moil, Miserere, XVI, 4, Van Hamel.)
 
- Se couvrir :
 
Sur quoy, ly avons fait pluiseurs remonstrances, sy comme qu'il se devoit traire de toute la dite somme sur l'université des biens que les dis de capittle avoient.
(30 juin 1460, Reg. journ. des prévôts et jures, série A, De monseigneur le prevost de Harlebecque, Arch. Tournai.)
 
- S'en rapporter :
 
Et se Jehans li Plas n'estoit sols et payes de le rente devant ditte a cescun paiement, ensi que dit est, traire et tenir s’em poroit a cel hiretage devant dit.
(Juill. 1295, C'est Jehan le Plat, chirog., Arch. Tournai.)
 
Et s'est a savoir ke se on aproismoit ledit hiretage d'autre rente, ke dit est, li dis Jehans s'en poroit a cescune fie traire et tenir por sen acquit a .XL. sols de tournois de rente.
(Mars 1326, C'est Jehan de Thimongies le père et Jehan del Angrele, chirog., ib.)
 
A quel rabout [de une masure] li dit mesires Ernouls ou si hoir se poroient ausi bien traire et tenir pour leur ditte rente a avoir.
(1er mars 1334, C'est monsigneur Ernoul de Poter, chevaliers, chirog., S.-Brice, ib.)
 
- Se présenter :
 
Pour lequel carpentage a faire li dis Bauduins se traist par deviers les eskievins don Bruile.
(27 nov. 1327, C'est Bauduin des Chans, S.-Brice, Arch. Tournai.)
 
Que celui (illisible), qui voront entasmer et mettre a pris le droit de le haudutte, si se traie par devers l'un des prevostz.
(30 août 1452, Reg. aux publicacions, ib.)
 
Mondit seigneur avoir rescrypt et mandé que les troys estaz du roy notre sire estoient assemblez et que on se traisist par devers mondit seigneur pour y aler.
(1457, Compt. De Nevers CC ô3, f° 17 V°, Arch. mun. Nevers.)
 
- Infinit. pris substantiv., action de tirer :
 
Les rechurent baudement au traire et au danchier.
(J. le Bel, Chron., II, 199, Podain.)
 
- Distance d'un trait de flèche :
 
La ou nous avons mené paistre
Nos brebis c'est loing de Calvaire,
Calvayre est a ung autre trayre.
(Viel Test., additions et corrections, VI, 243, A. T.)
 
- Trait, part. passé, tiré :
 
Espees traites, en vinrent el planchier.
(Garin le Loh., 2e chans., II, p. 135, P. Paris.)
 
Un cerf vit, qui les lui passa,
Langue traite, vait effrees.
(Ren. de Beaujeu, le beau Desconneu, 1266,   Hippeau.)
 
Merveilleuse tint treite qui moult ot de bontes.
(Gaufrey, 1200, A. P.)
 
Elle (Arria) print le poignart que son mari portoit, et le tenant trait en sa main...
(Mont., Ess., l. II, ch. XXXV, éd. 1588.)
 
- Etiré :
 
Une robe de drap d'argent traict.
(1530, Compte 24e de Jehan Micault, Ch. des Comptes Lille B 2358.)
 
Les uns, mignons muguets,   se parent et font braves
De clincant et d'or trait.
(D'Aubigné, Trag., l. II, Bibl. elz.)
 
- Tracé :
 
Prince... ayant les yeux estincelans et bleu celestes, le nez aquitain et bien trait.
(Cesar de Nostre Dame, ap. le Laboureur, Addit. aux Mém. de Castelnau, II, 17.)
 
- Cité:
 
Tesmoins traiz et produz contre eulx.
(1386, Cart. d'Artois, Arch. muni Arbois.)
 
Traire est resté dans toutes les provinces avec tous les sens de tirer.
 
 
Bibliographie
 
Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle
Par Frédéric Godefroy – tome huitième, édition de 1895.



Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums