Numéro 3 - Juillet 2000
Editorial
Editorial
par Elisabeth Féghali
Cuisine médiévale
Introduction et généralités
par Olivier Smadja
Récits de bataille
La Bataille d'Anthon (11 juin 1430)
par Olivier Petit
Carte de la bataille d'Anthon
par Olivier Petit
Carte des fortifications en Velin vers 1430
par Olivier Petit
Le Liban médiéval
Les sources historiques et littéraires
par Elisabeth Féghali
Le Liban médiéval
par Elisabeth Féghali
Le Comté de Tripoli
par Elisabeth Féghali
La Cité de Tripoli
par Elisabeth Féghali
Toponymes du Liban médiéval
par Elisabeth Féghali
Reportage
La Forteresse de Blanquefort
par Hilona Dellamore
Essai libre
Présentation de la rubrique
par Samuel Thyssen
Iseult
par Samuel Thyssen
Croyances & superstitions
Les Créatures fabuleuses
par Shimrod
Cuisine médiévale
Le Héricot d'agneau
par Olivier Smadja
Festivités
Les Médiévales de Bouliac
par Communiqué de Presse
La Forteresse de Blanquefort

La Forteresse médiévale de Blanquefort en Gironde
XIe - XVe siècle

Cet article figure au sommaire du n°3 
(juillet 2000) du magazine numérique 
Citadelle
                        

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Geographie/Blanquefort/forteresse-1.jpg

La forteresse de Blanquefort
(crédit photo Hilona Dellamore)

 

Construite, dans le Médoc, à 10 kilomètres des portes de Bordeaux, la forteresse médiévale de Blanquefort daterait du XIe siècle. On peut encore admirer de nos jours le premier donjon rectangulaire construit à la même époque. Durant cinq siècles, la forteresse va subir de nombreuses modifications.

A l'époque médiévale, la région du Bordelais était marécageuse, la forteresse fut donc édifiée dans un marais et il fut tiré parti d'un affleurement de molasse. La seule route reliant le Médoc à Bordeaux passait sous ses murs, ainsi toute personne qui voulait s'y rendre ne pouvait l'ignorer. D'où l'intérêt stratégique de la place, véritable poste avancé de Bordeaux.


Etapes de sa construction, son histoire

· Fin du XIe siècle : Un donjon de pierres de plan rectangulaire fut certainement construit en lieu et place d'un donjon primitif en bois. Une simple palissade bordait alors les douves. Résidence des seigneurs de Blanquefort, ce château portait alors le nom de " fort blanc ", en raison de la blancheur de ses pierres.

· Début du XIIIe siècle : La châtellenie des Blanquefort s'étendait de la Garonne à l'Océan Atlantique.
La branche directe de la famille s'étant éteinte vers 1214, faute de descendance masculine, une partie de la seigneurie fut acquise par le roi d'Angleterre Henri III en 1257 ; l'autre moitié fut achetée en 1270 par le Prince Edouard, à Alaïs d'Arsac, dame de Blanquefort.

· Fin du XIIIe siècle : Sous Edouard Ier, duc de Guyenne et roi d'Angleterre de 1272 à 1307, la palissade fut remplacée par une enceinte de pierres renforcée de tourelles, et six grosses tours s'ajoutèrent au donjon primitif. Actuellement, on peut encore admirer quatre de ces tours.

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Geographie/Blanquefort/douves.jpg

Les douves 
(crédit photo Hilona Dellamore) 

 

http://www.citadelle.org/mediatheque/Geographie/Blanquefort/une-tour.jpg

Une des plus belles tours
(crédit photo Hilona Dellamore)
 
 

· XIVe siècle : Le 16 juin 1308, la forteresse fut cédée par Edouard II à l'un de ses créanciers, Bertrand de Goth, neveu du pape Clément V.
En 1325, la forteresse revint en héritage à Aymeri de Durfort seigneur de Duras. Cette branche familiale la conservera bon gré mal gré jusqu'à la Révolution Française.

· Dernières modifications survenues durant le XVe siècle : Etant donné l'évolution de l'artillerie, la forteresse dut subir de nouvelles modifications. Le bâtiment central fut transformé en lieu de résidence plus agréable. Une tour fut modifiée en escalier d'honneur, et des fenêtres à meneaux y furent percées vers l'extérieur. Deux grosses tours d'artillerie vinrent renforcer l'enceinte externe. Les anciennes archères furent aménagées pour recevoir des armes à feu ou servir de trou de visée.

A noter également :
· L'épaississement de l'ensemble de l'enceinte extérieure, pouvant atteindre plus de 5,5 mètres dans la tour nord.
· De véritables guérites à canons possédant un trou d'évent.
· Un angle mort fut aménagé pour éviter que le soldat ne soit blessé par les éventuels éclats dus à une explosion de la couleuvrine.


Ces dernières modifications furent l'oeuvre d'Antoine de Chabannes, comte de Dammartin (1408-1488), qui avait reçu la forteresse en donation. Celle-ci ne sera restituée à Gaillard IV de Durfort qu'en 1476.


Hilona Dellamore


A lire sur la Forteresse de Blanquefort

· Alain Tridant La forteresse de Blanquefort, XIe-XIIIe-XVe siècles, publication du G.A.H.BLE, 1992.

· Patrick Grosjean Blanquefort, une forteresse de la seconde moitié du XVe siècle, publication du G.A.H.BLE, 1994.

· Léo Drouyn La Guyenne Militaire, 2 volumes, Bordeaux 1865, réédition 1977.

· Edouard Guillon Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, Bordeaux, 1866.

· Abbé Baurein Variétés bordeloises, Bordeaux, 1876.

· La forteresse de Blanquefort et son souterrain en Gironde, in Aquitaine Historique, n°36, sept-oct 1998.


L'action au sein de la forteresse

Le G.A.H.BLE (Groupe d'Archéologie et d'Histoire de Blanquefort) a pour mission d'assurer la sauvegarde, l'étude et les travaux de réhabilitation de la forteresse de Blanquefort.
En Août 2000, un chantier d'été de jeunes venus de tous pays doit être organisé avec l'association Concordia.


Pour plus de renseignements :

G.A.H.BLE
Maison du Patrimoine
Allées Carpinet
33290 Blanquefort
Tél : 05.56.57.19.42
gahble@wanadoo.fr


Page Web à visiter

site du GHABle 

Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums