Numéro 5 - Septembre 2000
Editorial
Editorial
par Elisabeth Féghali
Diaporama
Notre présence aux Médiévales
par Elisabeth Féghali
Les Compagnons de Roland
par Elisabeth Féghali
L'atelier du Calligraphe
par Elisabeth Féghali
La Compagnie Mc'Htiern
par François-Xavier Féghali
Histoire
Bouliac en 1453
par Elisabeth Féghali
Hauts Personnages
Pey Berland
par Elisabeth Féghali
Bouliac en 1453

 

La fin de la Guerre de Cent Ans et la victoire des Français




    Le 17 juillet 1453 la victoire de Castillon en Guyenne révélait toute la puissance de l'artillerie et surtout la fin d'une époque.


    Les effectifs de l'artillerie connaissent un essor considérable par les ordonnances de 1445 et 1448. Charles VII (1403-1461) réorganise complètement ses armées : cavalerie, artillerie et archerie. L'infanterie des francs-archers (francs, car non soumis à l'impôt, ces corps spéciaux seront supprimés plus tard par Louis XI) est instituée en 1448.

    Il devait reconquérir successivement la Normandie d'août 1449 à août 1450 (victoire de Formigny, le 14 avril 1450) et la Guyenne de 1450 à 1453 (victoire de Castillon le 17 juillet 1453, et prise de la ville de Bordeaux, le 19 octobre suivant).

    Bordeaux se rendant aux français, la guerre s'achève alors sans traité. Cette victoire française devait jouer, à la fin de guerre de Cent Ans, un rôle décisif. Ce dernier fait d'arme mettait un terme à une guerre longue et douloureuse (qui avait débuté à la bataille de Hastings en 1066) dont une des conséquences fut l?émergence de l?idée de nations : la France devient véritablement française et l'Angleterre anglaise.




Le contexte historique


    La province de Guyenne jouissait alors, grâce à la ville de Bordeaux, d'un commerce extrêmement florissant avec l'Angleterre. Les exigences imposées par Charles VII étaient très certainement mal perçues et on supporte d'ailleurs très mal "l'occupant français" sur cette terre anglaise. Henri VI envoie alors John de Talbot, comte de Shrewsberry, malgré son âge avancé (les chroniques nous le présentent souvent comme un vieil homme âgé de 65 à 80 ans) à la rescousse. Aidé de plus de 3 000 combattants, il débarque dans "l'anse à l'Anglot", sur l'Estuaire de la Gironde. Il est accueilli par la ville de Bordeaux comme le sauveur ! C'est alors que Charles VII n'allait pas tarder à riposter. Pourtant, au printemps 1453, sur les conseils avisés du trésorier de France Jean Bureau, il décide de s'attaquer d'abord aux villes voisines. Le premier objectif à atteindre étant alors Castillon, petite ville fortifiée située à une cinquantaine de kilomètres de Bordeaux...




Les sources historiques


    L'une des meilleures sources d'information sur la genèse et le déroulement de ce conflit jusqu'aux dernières années du XIVe siècle, et sur ses répercussions européennes, est fournie par la chronique du valenciennois Jean Froissart (vers 1337-vers 1404)

 

Elisabeth Féghali

    

Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums