Numéro 8 - Mars 2004
Editorial
Editorial
par Elisabeth Féghali
Cuisine médiévale
Porée blanche
par Olivier Smadja
Brouet de chapons
par Olivier Smadja
Editorial

 

Citadelle 8

 


 

 

"Ço va quere
Pur quei moüs de ta terre,
Puis revendras en tun païs..."
Navigation de Saint Brandan
(XXII, v. 773 à 775)

"Poursuis la quête qui t'a emmené loin de chez toi. Ensuite tu retourneras dans ton pays..."



   Il y tout juste un an, nous vous annoncions notre retour dans notre doulce Citadelle... Mais las, nous avons mis tant de temps à franchir les récifs. Tempêtes de grand large, vents et marées n'ont pas encore eu raison de nous et à aucun moment nous n'avons songé à quitter la nef. Et pourtant...

   Regagnant l'Occident, nous avons erré sur les mers souvent par manque de vent pour gonfler nos voiles. Il nous fallut aussi affronter maints périls surgis des fosses abyssales qui, à n'en plus douter, grouillent de poissons étranges et féroces. Mais ce ne fut rien comparé au monstre ailé qui déchirant le ciel vint vomir sur nous d'horribles gerbes enflammées.

   Rapidement, des nuages noirs assombrirent notre ciel et nous dûmes nous résoudre à faire escale sur une île des plus inhospitalières et cheminer au milieu des brumes. La terre ne tarda pas à trembler sous nos pieds, une odeur âcre nous enserra la gorge. Allions-nous périr ? Ce fut alors la panique et la confusion totale, un géant velu brandissant une épée aux dimensions tout à fait déraisonnables engagea le combat. Tous se montrèrent courageux, pourtant, un de nos plus fidèles compagnons terrassé par l'infâme expira. En pleine confession, il murmura : "on m'arrache d'entre-vous mes frères, mais conservez votre foi intacte". Soudain, des sons mélodieux résonnèrent et un cortège de créatures Albanes* venues du Ciel vint disposer du corps.
Elles s'en retournèrent chantant les louanges de Notre Seigneur. Ce spectacle nous ravit autant qu'il nous glaça le sang. Beaucoup d'entre-nous criaient ou pleuraient à chaudes larmes. Allions-nous perdre notre confiance en Dieu ? L'aube clémente réapparut bientôt. Le coeur gros mais guidé par une force invisible nous décidâmes de poursuivre notre route. Nous mîmes le cap sur l'ouest, l'épais brouillard qui nous empêchait de distinguer le ciel de la mer emplit jusqu'à nos âmes. Une indicible mélancolie se dressa entre chacun de nous comme une montagne de marbre.

"Mes frères, ne laissez pas la confiance vous abandonner, détruisez cette forteresse qui emmure vos coeurs. Affrontez votre peine, ne vous complaisez pas en elle !"


   C'est ainsi que notre équipage, pèlerins, chevaliers, moines et troubadours, parti sillonner le monde revient l'esprit bouillonnant et les coffres emplis de richesses rapportées des quatre coins de la terre : parchemins des plus fins vélins, châsses, reliquaires et évangéliaires incrustés de merveilleuses gemmes, objets rares, récits étonnants autant qu'extraordinaires...

   C'est le coeur ébloui par tant de découvertes à vous faire partager que nous apercevons désormais la côte et, bien décidés à maintenir notre cap, nous n'allons pas tarder à venir toucher terre d'ici quelques jours.




"Oyez, Oyez ! Le feu va à nouveau ronfler dans les cheminées de notre Citadelle pour accueillir nos troubadours : après un fort long voyage de plus d'un an à travers les contrées les plus étranges, ils reviennent enfin la besace chargée de récits savoureux pour vous égayer, bonnes gens !

Que notre étendard claque à nouveau dans le ciel !

La Citadelle va une nouvelle fois résonner de chants, de rires et de contes !

Venez nombreux au délectable banquet, que les panses et les esprits festoient de concert !"

 









Delitable navigacion au païs de Deduit
 
le 04 mars 2004.


*Créatures diaphanes dont la beauté égale la bonté.
Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums