1. Adjectif
  2. Autres
  3. Lexique
  4. Locution
  5. Nom propre
  6. Substantif et adjectif masculin
  7. Substantif féminin
  8. Substantif masculin
  9. Substantif masculin ou féminin
  10. Verbe
  1. Par ordre alphabétique
  2. Par noms d'auteurs
  3. Par thèmes
  4. Par ordre chronologique
Statistiques
  1. 3 315 membres inscrits
  2. 1 008 articles et documents
  3. 2 490 messages (forums)
  4. 27390 visites depuis 13/09/2017
Aperçu des relations commerciales de l'Italie septentrionale avec l'Algérie, au Moyen Age (notes)
Extrait du tableau de la situation des établissements Français en Algérie - 1843-1844

Mas Latrie (Louis de) Relations commerciales - Extrait



Notes

(A) Cet aperçu a été rédigé par M. Louis de Mas-Latrie, ancien élève de l'école des chartes, sur des recherches faites et des renseignements recueillis pendant le cours d'une mission dont il a été chargé dans l'Italie septentrionale, par M. le président du Conseil, ministre de ma guerre.

(1) Au temps d'Edrisi, Collo, Djidjeli et quelques autres villes du littoral de l'Afrique se ressentaient encore des expéditions de Roger de Sicile, qui en avaient éloigné les habitants ; mais elles réparèrent leurs pertes.

(2) Bône avait aussi souffert de la guerre ; le roi de Sicile en était maître quand Edrisi écrivait.

(3) " Bône, ajoute Edrisi, est dominée par le Djebel-Iadoug, montagne dent les cimes sont très-élevées, et où se trouvent les mines de fer dont nous avons parlé. "  Il est à remarquer que l'extrémité de la chaîne de l'Iadoug, ou de l'Edough, qui s'avance dans la mer, porte encore aujourd'hui le nom de cap de Fer. A deux journées à l'ouest de Bône, Edrisi signale la ville ruinée d'Arbel, dont le territoire renfermait aussi beaucoup de fer.

(4) Documents de 1164 et 1175, publiés par Lami, Delicicae eraditorum, Florence, t. V, pag. 194. Les privilèges commerciaux des Vénitiens en Egypte ne sent que de 1238, ceux des Génois de 1290.

(5) Archivio delle riformagioni. Série dite des Cartapecore. Reg. XXII.

(6) Il nous paraît d'autant plus important de signaler ces détails, que les bois des environs de Bougie et les produits qu'on doit en retirer n'ont pu encore être étudiés par le service forestier. Voyez le Tableau de la situation de l'Algérie en 1841, pages 258 et suiv.

(7) Ce document, daté du 18 mai 1182, est conservé en original aux archives de Florence. Riformag. Cartapecore, reg. XXII, n° 4.

(8) Documents cités par Fanucci, Storia de'tre popoli maritimi dell' Italia. Pisa, 1817-1822, tome II, page 49.

(9) Voyez le Tableau de la situation de l'Algérie en 1837, pages 96 et 353.

(10) Les historiens et les auteurs de collections diplomatiques n'ayant pas tous également tenu compte de l'excédant de l'année solaire, base du comput des chrétiens, sur l'année lunaire, suivie par les Arabes, il s 'en est suivi, dans les résultats de leurs calculs, des différences notables et une véritable confusion dans la concordances des dates. Plusieurs des traités dont il est question dans cette notice sent cités, dans divers ouvrages imprimés ou manuscrits, sous des dates différentes, comme s'il s'agissait de deux traités distincts et séparés ; d'autres sont considérés comme perdus, quoiqu'ils soient signalés par les mêmes auteurs à leur véritable date.

      Ainsi le traité conclu par la république de Pise avec les Sarrasins d'Afrique, le 14 de schewal de l'an 662 de l'hégire, est, par erreur, cité comme antérieur à celui de l'an 1230 de l'ère chrétienne, bien que le texte même indique la concordance de la première date avec le 3 des ides (le onze du mois) d'août 1265.
      Le traité de Pise, du 28 rabié 759, qui correspond au 7 avril [1358 ], est cité sous les dates de 1363, 1373, 1374. 
      La lettre du roi de Tunis aux Pisans, de l'an 596 de l'hégire [1199-1200 de J.-C.], est citée sous la date de 1218.
      Le traité de Florence, du 7 de xucal 827 [ 1er ? octobre 1424], est cité comme de l'an 1449 ; etc.
      Les concordances placées ici entre crochets [ ], ne sont pas dans l'original du traité, et sont extraites des tables chronologiques de l'Art de vérifier les dates.

(11) Raccolli di scelti diplomi Pisani. Pisa, in-4°, 1765, page 210.

(12) Registri pubblici di Richeri, cités par le P. Semini, dans le Mémoire sur Ie commerce de Gênes, composé, en 1798, par ordre du directoire de la nouvelle république ligurienne. Ce mémoire, qui traite seulement du commerce de Gênes an XIIIe siècle, et dans une partie du XIIe, est conservé en manuscrit aux archives royales de Turin. En voici le titre : Memorie sopra il commercio de' Genovesi nelle scale maritime e terre del Levante, dal secolo x, fine al secolo XV, compilate per ordine del Direttorio esecutivo della Ligure repubblica nel selembre dell' anno 1798 e 11° della Ligure repubblica.

(13) Voyez le Tableau de la situation de l'Algérie, en 1840, page 412.

(14) Nous n'avons trouvé l'original de ce nouveau traité ni à Gènes, ou il était d'abord conservé, ni à Turin, où l'on a transféré une partie des archives de l'ancienne république. Semini, qui l'a connu, en a donné le texte dans son mémoire sur le commerce de Gênes, mais il parait s'être mépris en l'attribuant exclusivement au roi de Tripoli. Les mots " Tripoli de Barbarie usque ad fines regni Bucie, qui servent, dans le traité, à déterminer les limites du royaume du prince musulman, et qui paraissent avoir porté Semini à reconnaître dans ce souverain l'émir de Tripoli désignent, an contraire, le royaume de Tunis, qui s'étendait, il est vrai, depuis Tripoli jusqu'à Bougie, en comprenant ces deux villes et les pays qui en dépendaient ; le nom de Moadii signifie, non pas les Tripolitains, mais les sujets des Abi Hafs de Tunis, princes qui, se considérant encore comme les descendants, et en quelque sorte comme les feudataires des Almohades d'Espagne, bien qu'ils se fussent rendus indépendants en Afrique, prenaient aussi le nom d'Almohades ou Almohavides, en latin Moadini ou Moadii ; enfin le litre de dominus Africe, qui est donné au prince dans le traité, ne peut désigner qu'un roi de Tunis, et sous le nom latin de Busacharinus, on doit reconnaître, sans aucun doute, Abou-Zakaria, qui a régné dans l'ancienne Afrique proprement dite de 1222 à 1249. C. F. De Sacy, Notices et extr. Tom. XI. p. 23. M. Reinaud, Traités avec l'Aragon, p. 41, cités plus loin.


(15) Ce document a été publié par M. de Sacy, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque royale et autres bibliothèques, tome XI, pages 22 et suivantes.

(16) Ce traité se trouve aux archives de Venise, dans le recueil intitulé Libri Pactorum, lib. I. Il est daté de l'an de l'Hégire 649. Antonio Marin en a publié un extrait, en donnant au document la date de 648, Storia civile e politica del commercio de' Veneziani, Vinegia, 1798-1808, tom. IV, page 280-281.

(17) La matière première des objets métalliques exportés des ports de l'Algérie pour l'Italie, l'Espagne ou les régences barbaresques, parait être fournie en totalité par importation maritime, comme on peut s'en assurer en comparant les comptes rendus du commerce de l'Algérie, insérés dans les tableaux de la situation du pays.

(18) Archivio delle riformagioni de Florence, document de 1237. Cartapecore XXII.

(19) Ce traité a été publié par Tronci, Memorie storiche di Pisa, page 215, et par Lünig, Codex diplomaticus Italiae, tome I, page 1067.

(20) Voyez le Tableau de la situation de l'Algérie en 1841, pag. 405, et les traités de l'Aragon avec le roi de Tunis, publiés par MM. Champollion et Reinaud. In-4°. 1843. Pag. 42.

(21) Voyez le Tableau de la situation de l'Algérie en 1840, page 413.

(22) Wadding et Brémond ont publié plusieurs bulles concernant les églises et les chrétiens d'Afrique au moyen age. L'auteur de cette notice a extrait, en outre, des registres pontificaux, conservés aux archives du Vatican, un bref inédit de Nicolas IV, du 5 des ides de février 1290, adressé aux nobles hommes, les barons, chevaliers et autres hommes d'armes chrétiens engagés au service des rois de Maroc, de Tunis, de Tremecen, ou Tlémsen. Nicol. P. P. Ann. II. Ep. 845.

(23) Trattati diversi, mazzo 14e Document du 9 juin 1287.

(24) Traité de 1315. Florence, Arch. delle Riformagioni, Carlapecore. Reg. XXII.

(25) Les familles vénitiennes de Soranzo, Pizarro et Marin entretenaient notamment des facteurs dans les Etats du roi de Tunis.

(26) Les archives Ricasoli, à Florence, celles de M. le comte Alliata et de M. le chevalier Roncioni, à Pise, renferment plusieurs documents qui constatent la fréquence des rapports commerciaux de la Toscane avec l'Afrique, an XIVe et au XVe siècle. Ces documents seront publiés la plupart par un savant professeur de l'université de Pise, M. François Bonaini.

(27) Divers traités conclus par les rois de Tunis et d'Aragon fluent négociés par des marchands chrétiens, au nom des Arabes.

(28) Les droits imposés sur le vin porté à Tunis donnaient, au commencement du XIVe siècle, un revenu assez fort pour que le roi trouvât à en affermer la perception au prix de 34,000 besants par an. Document de 1289-1311, extrait des archives de Venise, et publié par Marin, Storia civile e politica del commercio de Veniziani, tome VI. p. 322-331.

(29) Ce traité fut négocié au nom de la république de Venise par Michelet Michel, ambassadeur du doge Jean Soranzo. On remarque parmi les témoins qui assistèrent à la conclusion, le consul des Génois, le consul des Catalans, le consul de l'île de Majorque, le consul de Sicile, divers prêtres et religieux de l'ordre des Mineurs. Archives de Venise. Libr. Pactorum. III, fol. 127-130. Marin en a donné un extrait, Storia del commerio, de Veneziani, tome VI, p. 332.

(30) Négocié et conclu à Tunis par les soins de Michel Dolfin, ambassadeur du doge de Venise. Archives, Libr. Pactorum. IV, fol. 85. Marin en a donné une analyse, tome IV, p. 287.

(31) Traité entre la république de Pise et le roi de Tunis, négocié par Renier Porcellin. Un des originaux se trouve à Florence, aux archives delle Riformagioni, Cartapecore, reg. XXII.

(32) Traité négocié par Pierre de la Barbe, au nom de la république de Pise, avec Abou Abdallah, " roi de Fez, de Méquinez, de Maroc, de Salé, de Tlemsen, d'Alger, de Bougie et de Constantine, des provinces de Bône et de Biskra, dés pays d'Afrique, de Tripoli, etc., de Ceuta et de l'Espagne. " Archives de MM. Schippisi de Pise, Code diplomatique de Navarette. On a vainement cherché l'original de ce traité, tant à Pise qu'à Florence, et il est nécessaire de rappeler que le manuscrit Navarette, compilation moderne, citée par Fanucci, est une source très suspecte.

(33) Document de 1290, cité précédemment.

(34) Document de 1289-1311, cité précédemment.

(35) Voyez le Tableau de la situation de l'Algérie en 1841. p. 258, 260,  265, 270.

(36) Archives de Venise, Commemorial, lib v.

(37) Archives delle Riformagioni, cartapecore XXII.

(38) L'auteur de ce mémoire a vainement recherché à Turin et à Gênes l'original du traité dont parle le religieux de Saint-Denis, dans la chronique du roi Charles VI.

(39) Archives delle Riformagioni, à Florence, Cartapecore. Reg, XXII.

(40) Les villes dont les républiques maritimes protégeaient le commerce devaient participer à la solde et à l'entretien des galères. La ville de Savone s'y étant refusée dans une circonstance, le tribunal de mer de la ville de Gênes l'y condamna, par une sentence du 4 janvier 1392 Liber jurium, de la république de Gènes, conservé aux archives royales de Turin, f° 474.

(41) Ce traité a été publié par Lünig, Codex diplomaticus Italiae, tome 1, page 1118 ; et par Rousset, Supplément au corps diplomatique de Dumont, tome II, page 285.

(42) Benedetto Dei, écrivain du XVe siècle, dont la Chronique manuscrite est conservés à la Bibliothèque Magliabecciane de Florence, dit en plusieurs circonstances que les Florentins, ses compatriotes, avaient des comptoirs et des consuls dans toute la Barbarie.

(43) Ce ne fut qu'au XVIe siècle, et par suite de l'alliance de François Ier avec Soliman. La France a conservé depuis ce temps et jusqu'à nos jours, dans les régences barbaresques soumises à la Porte, certains privilèges utiles ou honorifiques, dont nous avons parlé dans la notice des principaux traités de commerce conclus par ses princes avec les Régences d'Afrique. V. Tableau de la situation de l'Algérie en 1840, page 412.

 

 

Accès au forums

Identifiant
Mot de passe
  1. Perdu votre mot de passe ?
  2. Pour vous inscrire aux forums